En route vers l’infini et au-delà…

2017-2018, année B, année de l’évangile selon Marc, invitation donc à relire cet évangile puisque nous le savons : « Ignorez les Écritures, c’est ignorer le Christ. »1. Ceci dit, méfions-nous.

 

Car il y a des lectures pompeuses qui surplombent le texte, lui imposant un savoir, une vérité et un sens, comme on torture le rossignol pour qu’il chante. Il y a des lectures hypocrites qui utilisent le texte pour une jouissance ou un abus de pouvoir. Il y a des lectures anecdotiques qui visitent le texte comme on visite le Louvre ou Disneyland, pour se  distraire et s’y saouler de « selfies ». Il y a des lectures archéologiques qui dissèquent le texte avec le sérieux froid du légiste qui dissèque un cadavre. Il y a les lectures infatuées des demi-sachants qui croient savoir. Il y a des lectures idéologiques et moralisatrices qui manient le fouet. Il y a aussi des lectures vagues, distraites, idiotes, ennuyées, insipides, plates, etc. Le diable lui-même est un lecteur précis (Cf. Mt 4, 1-11).

 

Et puis parfois, il y a le miracle. Soudain, le texte devient événement et le lecteur se laisse traverser par une Parole qui le précède et l’accueille. Il entre en harmonie avec elle, se jette en elle, entend en lui consonner le point d’échange qui déchire les cieux du cœur et ouvre à nouveau les vannes oubliées de la prophétie. Sa lecture a accepté le saut, elle se transfigure. Quittant les basses-eaux, elle devient risquée, ouverte, disponible, gouteuse, savoureuse, aventureuse, amoureuse, à la fois partagée et personnelle, passionnée et incertaine, littérale et poétique, secrète et simple, si simple. Elle nous provoque, nous  entraîne, nous guérit, nous sauve et, au-delà de tout, libère une fontaine de joie, inattendue et irréfragable. Ah, comme cette parole nous lit bien plus que nous ne la lisons !

 

 

C’est pourquoi, lire ainsi c’est entrer dans la « grande vie »2. C’est aussi y entrer avec tous ceux qui ont déjà lu. C’est y rencontrer un peuple de lecteurs amoureux d’un Verbe libre, offert, en avant, qui vient du fond de l’Être et du Temps. C’est ne plus jamais être seul.

 

Le blog selon Marc a cette ambition : favoriser une telle expérience bouleversante de l’Évangile. Le reste ne lui appartient déjà plus, n’étant pas son œuvre.

 

  1. Saint JERÔME, Comm in Is., Prol., repris en Dei Verbum, 25. Commentaire du pape BENOÎT XVI ici. []
  2. Cf. Christian BOBIN, La Grande vie, PARIS, NRF-Gallimard, 2014. []